Une erreur est survenue dans ce gadget

19 mai 2009

La valse des chimiothérapies

video

Je fais une promenade de 2 ou 3 km tous les soirs, à la brunante. C'est très plaisant, et ça me force à respirer. La saison s'y prête bien, tout est vert tendre, la température parfaite. Je marche en me disant que chaque pas sur cette planète est un miracle. Et je pense: je me sens vraiment heureux, comme un état de grâce, je le pense réellement; ce n'est pas juste une phrase pour me rassurer. C'est étrange, parce que je n'aurais jamais imaginé que dans une situation comme la mienne, on puisse ressentir les choses de cette façon. Mouvementées, les dernières semaines, la dégringolade continue! Etant donné l'effondrement de l'espoir pour un traitement en radio/chimio, il a bien fallu se rabattre sur un nouveau protocole de chimio appelé Taxotère. Dr Florescu m'avait aussi proposé le Tarceva, mais ça ne me plaisait pas, sentiment arbitraire et fondé sur des lectures de forums populaires, mauvais feeling, médicament pour cadavres ou pas loin. Mais taxotère a été particulièrement pénible, pas tant à cause des effets secondaires qui sont supportables, mais à cause des prémédications puissantes de corticoïdes qu'un bipolaire comme moi a vraiment de la difficulté à contrôler. Ce qui nous a mené un samedi- dimanche aux urgences , avec crises d'hallucinations, troubles de la perception et dépression. Je ne vais pas entrer dans le détail, mais c'était tellement long que la crise a cessé spontanément et nous sommes rentrés è la maison. J' ai longuement parlé avec Jeanne Poirier, mon infirmière pivot, de ce passage aux urgences et elle a compris très vite que ce n'était pas tant l'urgence psy dont j'avais besoin, mais de rencontrer une ressource en psychologie spécialisée en oncologie pour vider mon sac. La magie de l'interdisciplinarité! Et c'est comme ça que je me suis retrouvé à l'étage de l'unité des soins palliatifs (rassurant) pour mon premier rendez vous avec le Dr Lucie Martin. Je crois que Jeanne a eu une idée de génie. Enfin, pour la première fois depuis le début de la maladie, la parole a permis d'ouvrir les vannes en grand et de porter un regard plus global sur toute cette aventure, cette vie,cette maladie et ses causes profondes. Puis j'ai passé un nouveau scan, le 11 mai, pour voir ce qu'avaient apporté 2 cycles de Taxotère. Visite chez l'oncologue le 14 mai: Dr Marie Florescu a un air désolé et me dit:" Mr Caspar, j'ai pas des bonnes nouvelles pour vous. Premièrement on arrête le Taxotère, qui n'a pas fonctionné dans votre cas. Deuxièmement, l'ensemble de vos tumeurs a progressé de 20% en six semaines." Plutôt inquiétant!(20% x 6 mois= bye bye pour moi!) "Je vais vous prescrire le Tarceva. Il y a des gens comme vous, chez qui ça ralentit vraiment la progression et augmente significativement la durée de vie". Dans huit semaines, on aura une idée si la maladie répond ou non. Et je m'embarque avec le Tarceva.