Une erreur est survenue dans ce gadget

19 févr. 2007

Jamais je n'aurais imaginé...

En 2006, lorsque j'ai appris la nouvelle, une fois passé le choc des premiers jours, j'ai très vite accepté la nouvelle donne: « J'ai une maladie grave et je vais bientôt mourir », et en cherchant dans les pronostics, il était évident que les meilleures probabilités m'offraient une année.

Pas question de la gaspiller en ésperant une anésthésiante et hypothétique guérison. Je me suis convaincu de suite de l'incurabilité de la maladie et j'aiorienté la gestion personnelle de mon état vers cette nouvelle réalité. Le plaisir de vivre avec intensité ce temps soudainement rétréci, est devenu mon étendard. Je me suis beaucoup renseigné sur le parcours qui allait m'attendre, mais mon expérience m'a démomtré que rarement ce genre d'éxposé coïncide avec la réalité personnelle.
Trente huit mois plus tard, avec l'aide des équipes soignantes, de la recherche et de moi-même, je suis toujours sur le pont de mon bateau, percé et avarié de tous bords. Nul ne sait pourquoi et pour combien de temps, mais c'est la réalité. Je n'ai pas baissé les bras et je peux affirmer que j'ai sauté sur tout ce qu'on me proposait: quatre lignes de chimiothérapie dont 2 thérapies ciblées et un protocole de recherche, une radiothérapie palliative, plus de 3500 km de marche, un millier d'heures de méditation, deux petits-enfants, de la bonne bouffe, plein de petits plaisirs que je ne m'octroyais pas avant, de la créativité et surtout, je crois que j'ai appris à mieux aimer et à mieux vivre . Parcours criblé de nombreux traitements pas forcément agréables. Il y a eu et il y a encore des ratés
, des réussites, de la colère, des fou-rires, des ras-le bol, du découragement et de l'espoir, de la déprime, de la vie à pleines dents.
Tous ces moments se retrouvent dans les textes qui suivent. Les thérapies qu'on a appliqué à mon cancer, les résultats, les émotions, les réflexions.




17/02/2010