Une erreur est survenue dans ce gadget

25 mai 2010

INSOMNIE

C'est vrai, comme m'a dit Franz, que c'est un peu fou (faire d'un moment difficile un moment excitant!), mais c'est ma façon de vivre les choses et je suis certain que c'est la meilleure voie pour moi. Je crois qu'il n'y a pas trop d'inquiétude à avoir. Je suis confiant et j'irais jusqu'à dire, même si ça doit faire un peu mal. 
Un état d'esprit qui se cultive comme un potager.
Et comme je le dis dans mon texte précédent, je n'ai pas d'attente métaphysique particulière, je crois un peu en tout, et un peu en rien, ce qui simplifie les choses.
 Avec une vie bien remplie, à bien des égards: j'ai fait  ce que je pouvais, et aussi tout ce qu'il ne faut pas faire. Sans regret. . Maintenant, il faut prendre les choses par le bon bout: la drogue est bonne, les infirmières délicieuses. Ça pourrait donc aller bien plus mal, même sans maladie. Je souhaite qu'un tout petit peu de mes évidences  puissent adoucir  votre perception de la fin de la vie, mais qui suis-je pour désirer ça?

 Je ne sais pas si on laisse ses amours, on ne laisse que ce qu'on possède. Est-ce qu'on les a ou est-ce qu'ils évoluent  dans notre proximité? Je ne veux pas faire de philosophie ici. J'ai  rencontré l'amour, fondé une tribu au Canada,vécu une vie bien pleine; cependant  j'ai toujours eu le sentiment de faire ma route en solitaire, acceptant des compromis et le partage avec d'autres entités singulières, seules elles aussi dans l'univers, malgré toutes les apparences trompeuses. 
Et si ce chemin conduit  au néant, je suis prêt à poursuivre la route  sans regarder en arrière. Et peut-être  le cosmos, qui ne doit pas être si stupide, a-t-il envisagé une autre solution pour nous recycler. Qui sait?
Pas de panique! 
J'ai dit à mon "Grand Oncologue", au moment où il m'a annoncé que ça n'allait pas trop bien, une réplique  ramassée dans le film "les invasions barbares"(Denis Arcand), : "Pâques au scanner, Noel au cimetière". Il  a été surpris  et m'a répondu: "C'est vrai, mais on ne sait pas de quel Noël il s'agit..."