Une erreur est survenue dans ce gadget

19 juin 2010

Michèle est partie...


Cher Denis, 

Pierre et moi sommes vraiment désolés de t'annoncer que Michèle est décédée dimanche matin vers 7 h. Nous étions avec elle. Elle allait moins bien depuis quelques semaines et elle sentait que la fin était proche. Elle était assez sereine, même si l'inconnu l'effrayait un peu. 
Elle nous a dit plusieurs fois qu'elle était prête à partir. 
Michèle nous parlait souvent de toi.
 Ta présence dans sa vie a vraiment été très importante. Merci à toi. 

Nicole et Pierre  xx


En regardant la lumière sur les plantes de mon salon si paisible, rempli de soleil, j'ai l'impression de goûter au maximum chaque parcelle du suc de la vie, de l'intensité de la vie dans ce qu'elle a de plus beau. C'est comme un concentré de vie alors qu'en temps normal tout se dilue dans la frénésie de l'agitation. C'est beau, paisible, joyeux. Un moment de bonheur. - Michèle




Bonjour Denis,
Michèle était très heureuse la journée où elle a écrit le mot que vous avez affiché et que nous avons pris la photo des tulipes qu’elle regardait de son lit. Nous avons eu la chance de pouvoir l’accompagner chez-elle jusqu’à la fin et de vivre auprès d’elle des moments de peine mais aussi de bonheur, de joie même…Michèle m’a dit un soir qu’elle croyait que l’âme des bonnes personnes se joignaient à un tout d’énergie qui formait la bonté dans le monde. Je pense à vous et souhaite que cette énergie de bonté qui lui faisait tant de bien vous entoure également.
Shalan (sœur de la fille à Michèle et amie de cette dernière

___________________________________________

Ce temps précieux que l'on vit.
Les dernières semaines de vie d'un cancéreux représentent «le temps le plus précieux de la vie d'une famille», car c'est le moment où peuvent se dénouer des affaires irrésolues, où l'on peut avouer l'amour et l'attachement que l'on porte à ses proches. «Il s'agit d'un important moment de partage qui peut adoucir la mort de la personne qui agonise et qui peut rendre les 40 prochaines années plus sereines
 et plus heureuses à ceux qui lui survivront. 
«Il faut aider les gens à dédramatiser la mort. Il faut leur faire voir la mort comme un phénomène naturel, un événement normal»


Entamer le deuil avant la mort, aussitôt que possible.
Celui qui quitte cette vie à le pouvoir d'aider ceux qui restent à se détacher, à les aider à comprendre qu'ils seront bien capables de vivre sans eux.