Une erreur est survenue dans ce gadget

18 mars 2009

Peur de la chimiothérapie?


Quels sont les effets néfastes de la chimiothérapie pour le cancer du poumon?

Une question qui revient régulièrement dans le blog et qui illustre bien l'angoisse et le mythe qui entoure la chimiothérapie! N'étant pas médecin, mais patient, je répondrai en posant un autre regard:Quels sont les effets bénéfiques pour moi de la chimiothérapie sur mon cancer du poumon inopérable?D'abord, il faut s'enlever ce point de vue légué sans doute a juste titre par nos parents: des savants fous injectants des poisons dans d'énormes seringues pour brûler tout ce qu'il y a de vivant à l'intérieur de notre pauvre corps malade,. Ce n'est plus tout à fait ça, et pourtant, cette image est tenace. Il faut la balayer. En ce qui me concerne, je suis en train de vivre relativement bien un deuxième protocole de chimio. Ma qualité de vie est excellente, améliorée, puisque les douleurs ont disparues très vite. Et si je n'avais pas vécu le premier traitement , je ne serais sans doute plus là pour parler du second. Il est évident que l'injection de produits destinés à détruire des cellules malades( et quelques autres en passant), n'est pas forcément une partie de plaisir pour le patient, et on se retrouve face à de nombreux effets secondaires pas vraiment agréables, on est malade, mais on sait aussi que tout ça va s'estomper et même disparaître complêtement en quelques semaines . Les équipes soignantes en hémato-oncologie sont en général formées pour utiliser des techniques très pointues, savent bien ajuster une recette pour un patient donné avec une précision extrême et suivre de près l'evolution de ces effets secondaire, les soigner et les soulager. La surveillance du patient avec des outils de haute technologie et une grande régularité permet de limiter les ennuis . Pour ce qui concerne les effets secondaires, il faut souligner que la pharmacologie est en mesure de fournir une gamme très étendue de médicaments efficaces destinés à les contrer ou les diminuer . La peur des effets néfastes risque de s'oppose donc aux nombreux effets bénéfiques et ne devrait surtout pas influencer la décision de se faire traiter ou non.