Une erreur est survenue dans ce gadget

14 sept. 2010

Secret de Polichinelle


Bonjour Mademoiselle
c'est gentil de demander comment je vais aujourd'hui, j'adore!
Je n'écrirai pas trop  longtemps. Je ne fait que ça de puis hier soir, dont une bonne partie de la nuit en Amérique, en Australie, en Alsace aussi. Mais  oui, dans la mesure du possible ça va bien, bien. Une correspondante, ce matin, m'a demandé si j'avais un secret caché. Je vous envoie ma réponse, ça pourrait vous aider, ou votre mère.

Vous et votre blog me donne du courage et un peu (très peu) d’espoir dans le cas de ma petite maman…..je ne crois pas qu’elle se rendra aussi loin que vous……à moins que vous ayez un secret bien gardé!!!!!!

Pour en venir au coeur de ce message:  Ai-je un secret bien gardé...Je serais un bel imbécile d'avoir un secret de ce genre et de le cacher aux autres. Malheureusement non! mais j'ai des pistes dont je peux vous parler, si vous voulez. Premièrement, chaque cancer et chaque organismes sont singulier. Il ne se ressemblent pas et les réponses sont totalement différentes.
Votre maman à 68 ans et moi 56. C'est à double tranchant. Dans un organisme plus jeune, les cellules ont tendance, dit-on à proliférer un peu plus vite, mais un organisme de 68 ans résiste moins bien, souffre plus des divers traitements et des effets secondaires.
Si j'ai des secrets, il sont de Polichinelle, tout ou presque est sur mon blog. par contre je suis assez hyperactif, au point que mes soignants me demandent de me calmer, de rester au lit une semaine ou deux pour me reposer. Je n'ai pas eu "le droit" d'aller à la piscine ces dernières semaines..dur..etc. J'écris énrormément, je communique avec des malades, des proches de malades, nous gardons de précieux contacts, même après un décés. Je marche beaucoup, 2à 4 km quotidiennement, j'ai une alimentation très équilibrée, je travaille fort avec une psychologue du CHUM, spécialisée en soins palliatifs. Je suis pris en charge par le CLSC en soins pal et ça m convient. La tranquillité physique compense la dureté des soins et traitements que j'avais. Je gère la douleur avec la morphine et mon médecin qui m'apprend peu à peu à m'en servir correctement. Je suis incurable dit-on, bien sur, mais pas mort!!! et je ne lâcherais jamais avant mon dernier souffle. C'est juste ça, mes petits secrets. Aussi, nous avons appris à ne plus nous intéresser à l'avenir, il est sinistre, mais au moment présent, au jour le jour, c'est tellement plus facile. Je ris beaucoup, de moi, de la maladie, avec mes enfants, avec mon épouse, tout en préparant le départ, on ne sait jamais. C'est de toute façon le lot de chacun. Je pratique la méditation, je fais de la peinture et je m'offre plein de petits plaisirs pour agrémenter le quotidien (ma femme aussi me gâte beaucoup) je suis choyé. Et voilà, à part ça, je vis avec tous les jours, cet hahitant cache dans mon thorax, je me suis débarrassé, en partie, de mes peurs, de mes angoisses. Ce sont mes seuls secrets. Et surtout, surtout, je me considère comme pleinement vivant. Je suis en palliatif depuis 4 mois, et je crois que je suis d'accord de laisser la nature faire les choses. A moi de me battre avec ce que je trouve, pas de me laisser mourir de trouille et  de paralysie. Si ça ne marche pas, pas si grave, au moins, j'aurais essayé . Et, je préfère ne rien savoir sur ce qui s'en vient, sinon je serai constamment terrorisé.
 Angoisse et stress sont des bons amis du cancer
 Voilà ce que j'ai répondu, et oui, je vais toujours bien malgré la maladie

Je vous embrasse, madmoiselle, je multiplie l'usage d'un texte, mais il est comme du bon pain, frais de ce matin
C'est finalement juste ça, mes petits secrets....
il y a deux points que j'ai oubliés:
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Apprendre parfois à ranger la maladie dans un tiroir pour quelques heures, quelques journées, même. C'est toujours ça de gagné!

Ça fait tellement de bien,  autant pour les proches que pour celui qui est malade. 
Ça ne se fait pas d'un coup, mais peu à peu, ça s'apprend. Poser son cancer dans un coin, c'est une métaphore, bien sûr, mais ça libère, ça ouvre des possibilité nouvelle, un espace, une fenêtre, un peu de place pour penser è autre chose que son malheur. Et au moins, pas de risque qu'il s'en aille ou qu'il se perde. Croyez moi c'est salutaire, mais ça demande un peu dd'entrainement. quelques minutes, puis un peu plus, etc.... et pendant qu'on le laisse, il faut bien sûr faire quelque chose d'intéressant, à la mesure de ce que peut ou veut faire le malade.
L'autre point, c'est la compassion, c'est apprendre à se rendre compte qu'on est pas les seuls à souffrir que quelque soit notre malheur, il y a sans doute encore pire, bien pire. Et s'ouvrir à la souffrance des autres, à notre mesure toujours, c'est prendre un peu de distance, se détacher de notre insatisfaction.
"Bonne" nuit


ENCORE UNE PETITE CUILLÈRE.....



il me passe encore un ou deux trucs par la tête... Mais ça va peut-être vous demander un peu de créativité, , d'engagement des idées et d'être motivatrice en douceur et discrétion. 
Si votre maman est capable de faire un peu de marche, c'est super bien, à son rythme, c'est tellement important. C'est du sport, et sans danger pour elle (verifiez  simplement son infirmière  en cas de doute, certaine période du cycle son moins favorables, certaines choses peuvent se faire pendant, d'autres après les traitements)
Si elle peut faire un km lentement, c'est super, mais si elle ne peut faire que le tour du bloc, c'est bien aussi, et le simple fait de s'habiller c'est déjà  plein de bienfaits. Si ça devient une habitude, elle en sentira les bienfaits assez vite et elle se sentira vivre avec la maladie au lieu de dépérir. Il faut la stimuler, sans rien forcer. Et le jour où ca ne va pas,  ou la météo et bien tant pis, ce n'es pas grave, pas une obligation. Mais la perséverance est payante. 
Il y des choses, comme du bricolage, que je pouvais faire en 3 ou 4 heures, avant. maintenant, je suis fier de les faire en 8 jours, et alors? ce n'est pas la performance qui compte, mais la fierté, et l'estime de soi d'avoir réalisé, d'y être arrivé. L'appétit vient en mangeant, c'est vrai pour tout ce qui est du domaine du faire aussi. mais ne rien faire, c'est se laisser mourir, c'est déjà ne plus exister. 
Offrez lui un "jouet" dont elle rêvait, un ordi, un appareil photo, je ne sais pas, un Ipad woaw!, dites lui de faire des images d'eselle,, au cas ou, c'est un exemple, une idée, cherchez la dans ce qui la passione, prouvez lui qu'elle est capable. si ça ne fonctionne pas, n'insitetez pas, tant pis, passez à autre chose, mais vous allez trouver! Aidez là à faire un album de photo, je ne sais  pas, une collection... Variez entre (petites) activités d'exterieur et activité d'intérieur. En fait, il faut la"starter" et ensuite, des choses se débloquent. Elle est malade, oiu... mais elle est complètement, totalement vivante. On peut être surpris par nos capacités
Une dernière chose, c'est peut-être un peu délicat lorsqu'on est confronté à la maladie, c'est de cultiver l'humour, au quotidien. C'est une arme de choix pour stimuler le malade, pour ensoleiller sa vie, ne serait ce que  ponctuellement dans la journée. avoir le cancer ne dispense pas de rire, je vous assure, un autre point très stimulant, et ça c'est aussi bon pour vous , les proches que pour elle. Un cancéreux peur presque faire tout ce que fait une personne bien-portante, différement.
C'est le moral qu'il faut entretenir, renforcer je crois.
Courage à maman pour sa chimio, c'es un mauvais moment à passer

Bon Matin Monsieur Caspar,  Un seul mot pour vous ce matin, MERCI........ Vous m'avez apporté la lumière qui me manquait .... vous savez cette petite lumière qui vous éclaire et vous guide sur un petit chemin mal éclairé !!!  Je me sens un peu le coeur plus léger....ma petite maman a subit son 1er traitement de sa nouvelle chimiothérapie.....je sais qu'elle trouve cela pénible. Mais malgré tout je la sens comme une grande combattante...... et moi avec vos précieux conseils, je saurai l'épauler encore mieux armé contre ce foutu cancer !!!!!!!!! Bonne journée à vous cher Monsieur......et permettez moi de vous faire la bise
N.