Une erreur est survenue dans ce gadget

21 nov. 2010

Le calme plat...


Depuis un mois, mon état de santé, en apparence au moins, s'est indiscutablement amélioré  Je sais bien que c'est pareil qu'avant, que le cancer est toujours là, pourtant plusieurs réflexions des gens qui s'occupent de moi, des "pros" donc, ont constaté une réelle amélioration, mesurable: j'ai repris un peu de poids +.2 kg, la mobilité, l'agilité est meilleure, l'oxygénation du sang est excellente, le stéthoscope dit que c'est mieux dans les poumons. Et moi même, je ressent concrètement les effets de cette accalmie. Moins de fatigue, le pas plus rapide, endurance entre deux repos, etc. C'est incroyable, Le piège, c'est qu'on est tenté d'y croire un peu, même si on raisonne. Ce qui est étrange, c'est que quand ça va mal, ou que ça fait mal, on imagine pas que cela puisse revenir en arrière, on est convaincu que ça ne peut avancer que dans un sens, comme l'horloge. Et bien c'est faux et je l'ai constaté à plusieurs reprises. C'est un répit, certes, dont on ne connait pas la durée, et les bobos resurgiront, mais c'est tellement extraordinaire de bénéficier d'un tel délai, même s'il ne s'agissait que de quelque semaines, ça vaudrait bien la peine. Tu vois, cela fait quatre Noël que ma fin du monde est annoncée (J.Mineraud), et pourtant, elle n'est toujours pas au rendez vous. J'avais divisé l'année en quatre trimestres au début de 2010, me fixant le premier trimestre comme objectif etc.. et on est pas loin de la finir cette année. Tant de gens qui m'ont contacté, même récemment ne sont plus de ce monde à l'heure qu'il est. Notre amie flûtiste qui à été diagnostiquée il y a seulement un an avec un cancer du sein au stade 1  est actuellement entrain de finir sa vie à l'hôpital avec des méta au cerveau et aux os. Le 26 décembre 2006, nous sommes allé chez elle pour lui annoncer ma maladie.Elle a été opérée au printemps, puis chimio, puis radio. Fulgurant, en moins d'un an. Angoissant. Il y a quelque semaines, elle m'a dit:" Tu sais, Denis, je partirai avant toi". Je n'y croyais pas vraiment. Mais aujourd'hui, je crois que pour elle, il n'y aura plus de recul significatif de sa maladie. Et je trouve qu'il y a quelque chose d'injuste dans cette logique là.