Une erreur est survenue dans ce gadget

3 déc. 2010

Notre flûte bansuri s'est envolée!


Il y a quelques mois, aus soleil de l'été, Catherine Potter , un verre de vin à la main, riante, nous montrait ses mignonnes nouvelles petites chaussures. Amie de longue date, nous avons fêté, partagé, discuté et passé bien du temps ensemble. Elle ne prendra plus place à la table, on n'entendra plus sa voix, ni le son magique de sa flûte bansuri. Catherine est une des premières personnes à qui j'ai appris mon cancer, il y a quatre ans. Elle a été très proche, nous avons beaucoup parlé et elle m'a souvent épaulé , suivi en traitement. Il y a deux mois, elle m'a dit:" Je partirai avant toi" Je ne pouvais pas le croire.


Cliquez sur l'image et voyez Catherine Potter au Théâtre Outremont Duniya Project

Virtuose de la musique classique de l'Inde, sa flûte était l'instrument de son expression la plus profonde, là où son existence prenait tout sons sens. Fruit de milliers d'heures de travail, la maturitéde son art et la vibration de sa flûte donnait un aperçu crédible de l'espace cosmique. Comme les oscillations de ces sonorités merveilleuses, la vie n'est pas une succession linéaire d'évènements, continuité sans rupture.
Sans véritable origine et sans fin repérable, le monde oscille  entre le déclin et la renaissance. La succession n'est pas mécanique, mais métaphysique.



Al-hamdoulillah !


http://www.catherinepotter.net/