Une erreur est survenue dans ce gadget

10 janv. 2011

À l'équipe des soins palliatifs du CLSC du Plateau

Un grand merci à tous ceux qui régulièrement viennent voir si la machine fonctionne toujours correctement et passent un peu de leur temps pour partager, apporter de la bonne humeur et offrir un espoir raisonnable et réaliste face à une situation pourtant peu prévisible.
Merci Simon, infirmier -pivot de longue expérience, qui manie l'humour, la réfexion avec autant d'adresse que la seringue; Julie, la petite star infirmière, on a fait  une belle expérience ensemble pour Téléquébec et elle n'est même pas tombée dans les pommes; Anne-Katherine, ma nutritionniste qui fait tout ce qu'elle peut pour me faire grossir (elle y parvient) et enfin un grand merci au Dr Gérald, qui en plus de me suivre, sait émerveiller ses patients avec son vélo, sa guitare, sa belle voix, son sérieux relax et son grand professionalisme et enfin son bel accent de Nova Scotia.
À vous tous et aux autres, merci pour votre grand dévouement, pas uniquement à mon égard, mais pour tous ces gens âgés, seuls au monde qui n'ont souvent personne d'autre comme visiteur qu'une équipe comme celle-ci. Du fond du coeur, merci, et j'espère pouvoir échanger encore longtemps avec vous tous.


illustration Serge Bloch 

La couverture de ce livre  de William Réjeau, illustrée avec tendresse par Serge Bloch m'a vraiment séduite parce qu'elle ressemble à cette engagement que vous pratiquez au quotidien...

voir aussi le blog: http://www.deedeeparis.com/blog/quel-beau-metier-vous-faites-de-william-rejault
" Quel beau métier vous faites ! " Cette phrase-là, je l'ai entendue plus d'une fois en service.
J'enfile ma blouse, je suis là pour vous, je suis votre infirmier. Je vous vois nu, je vous vois souffrir, parfois j'écoute ces secrets que vous n'auriez jamais racontés à vos proches. Je suis à votre service, dévoué et compréhensif. Depuis des années je note des souvenirs, des rencontres, quelques mots griffonnés sur les corps que j'ai croisés, ces rires et ces pleurs, des blessures qui ne partiront pas et des sourires qui me réjouissent encore.
Petites traces écrites de ces moments, petits carnets au fond de mes poches que je partage aujourd'hui avec vous. Quel beau métier je fais, oui, laissez-moi vous en parler.