Une erreur est survenue dans ce gadget

20 janv. 2011

Mes doutes..sur mon retour en oncologie

 Rencontrer le Dr MF, qui m'a si bien soigné pendant plus de trois ans était un objectif datant de fin 2009. À certains moments pendant toute cette année, j'ai bien cru que je ne m'y rendrais jamais."

C'est pourtant arrivé:  Quel plaisir! Je prévoyais notre rencontre dans un cabinet plutôt que dans les couloirs. (Mais ça, c'est pour la prochaine rencontre). En retournant, chez moi après notre rencontre impromptue, j'étais tout feu, tout flamme, par rapport à l'éventualité d'un autre traitement (un protocole de recherche), peut-être même une rallonge de vie.  Alors je l'ai exprimé sur mon blog de façon colorée, un peu exubérante.

Je me suis rendu compte que les enjeux étaient assez particuliers, des enjeux de vie et de mort, des enjeux fondamentaux et il est primordial de ne pas fermer le débat d'un côté ou d'un autre pour prendre une décision éclairée. Il faut ouvrir à tout ce qui peut faire réfléchir, il faut en parler et il faut se laisser le temps et l'espace pour réfléchir à tout ça. Il n'y a personne qui peut prendre la décision pour moi et assumer cette décision. On voudrait bien prendre une décision sans qu'il y ai trop de conséquences.
Aujourd'hui, quelques jours plus tard, l'état de ma réflexion paraît plus mitigée, tempérée et je suis dans une période de flou.

Pour suivre un traitement, il faudra au moins un scanner, des examens, c'est-à-dire renoncer au choix que j'avais fait de ne plus visualiser l'avancement de ma maladie pour éviter angoisse et déception.
Ces traitements, c'est une zone de confort qu'on me demande de quitter.
Je pourrais considérer cette recherche comme un nouveau projet, j'en ai peu en ce moment, mais un  projet à risque. Est-ce là le genre de projet qui me plait? 

 Le résultat sera-t-il à la hauteur de mes attentes,  ne vais-je pas perdre ma qualité de vie actuelle, contrôler la douleur, continuer  les soins à domicile?
 Eviter toutes complications pouvant me mettre en danger.
Avoir une surveillance médicale adéquate, fuir l'effort et le stress . Vais-je être perturbé par un scanner que j'avais décidé de plus faire? Actuellement je ne sais rien  et je vis très bien avec. Si on me dit qu'on ne peut pas faire le traitement, est-ce que  ça ne risque pas de me plonger dans le désespoir?

Le plus sage, c'est d'attendre le 25, écouter la proposition, y penser encore, avancer prudemment, se garder toujours un espace de réflexion, le droit d'arrêter si je sens que ça ne me convient pas, dans mon ressenti.. Si  dans cette aventure, je perds ma capacité à créer, à apprendre, à écrire, alors la nature risque de faire son oeuvre plus vite.

 S'embarquer dans une nouvelle aventure, complexe et éprouvante, pour la 5ème fois, alors que mon état actuel m'apporte une qualité de vie tout à fait acceptable, apporte son lot de questions, qui sont pour l'instant sans réponse.


"Le mieux est l'ennemi du bien", me disait toujours le vieux Éric.