Une erreur est survenue dans ce gadget

18 avr. 2011

Les insomnies sont terminées


Bonjour Denis,
Je sais que tu as reçu des nouvelles de notre amie Sylvie,
 il y a une note signifiant son départ sur ta page couverture. Elle en sourit, elle si humble.
Beau cadeau.
J'ai appris à te connaître grâce à elle, je trouve 
que l'inspiration fut au rendez-vous quand tu as pris l'initiative de ce "blog".

Je me demandais à qui puis-je dire que je m'inspire du livre "des morts tibétains" , que je fait lecture à mon Amie, il y a des lueurs de chandelles un
peu partout dans la maison pour elle, aussi pour moi, cela apaise. Je fait les 49 jours de mantra, de prières, je l'enveloppe de lumière et déjà elle me manque.
J'aime à penser que tu es enveloppé de cette lumière pour te permettre de poursuivre ta route.
Maintenant je serai assidu à te lire, puisque je ne pourrai plus le faire avec Sylvie.
Je me nomme Nicole dit Bouba
Je te salue avec respect

St-Sauveur, 20 avril de l'an de grâce 2011

Bonjour monsieur Caspar
Sylvie nous a quittés la nuit dernière. Je suivais avec elle votre cheminement et je tiens à vous remercier pour votre accompagnement. Elle a beaucoup apprécié. Elle s'apprêtait à suive un protocole de recherche avec le docteur Normand Blais mais elle en a pas eu le temps. Mercredi matin, elle a demandé à aller aux soins paliiatifs de l'hôpital Notre-Dame car elle était très souffrante et comme d'habitude elle ne voulait pas être une trop lourde charge pour son monde. Elle a été confiante jusqu'au bout car quelques jours plus tôt elle me disait qu'elle avait encore plein de choses à faire, elle n'arrivait pas à croire qu'elle était déjà rendue là (ce sont les mots qu'elle m'a écrits car elle ne parlait presque plus). Je peux vous assurer que vous avez joué un rôle important pour elle.
Merci et ne lâchez pas (c'est sans doute ce qu'elle vous dirait)
Je continuerai de vous suivre sur votre blog en son nom.

G H

Le 7 février, Sylvie écrivait:
Une âme soeur en insomnie

À bientôt, petite soeur....

Merci,  G. de  m' avoir informé de décés de Sylvie. Nous avions un projet, celui de nous rencontrer autour d'un café  dès que la météo serai plus clémente et elle se réjouissait de ça, moi aussi d'ailleurs. Mais l'hiver n'a jamais fini, cette année.


 Nous avons eu des échanges chaleureux, profonds et sympathiques, heureux, je dirais. Je dois avouer que je ne m'attendait pas du tout à son départ, la sachant entre de très bonnes mains, la sachant forte et pleine de volonté et de joie.
 Chaque départ nous rappelle notre vulnérabilité, notre impermanence et notre réalité d'humain. Nous sommes tous appelés à ça, bien sûr, mais quand, on ne le sait jamais. Que d'amis, de connaissances ai-je vu disparaitre engloutis par la maladie. Si j'ai pu lui apporter un tout petit soulagement, et quelque moments de bonheur, j'en suis heureux et fier, j'aurai tant aimer la rencontrer

Merci G.H