Une erreur est survenue dans ce gadget

4 juil. 2011

Appareillage annoncé...




"N'avoir aucune inquiétude particulière 
par rapport à un au delà plus qu'incertain,
 pour moi c'est renouveler la confiance absolue que j'accorde à cette entité
 qui  m'a fait entrer dans ce monde sans poser aucune condition 
et qui pourrait offrir demain d'être son nuage,une vague,  pourquoi pas un arbre, une feuille de papier, une écriture ou le son de flûte de bambou."



Sur ces images, on voit  mon urne funéraire, enfin prête à appareiller, chargée de mille petits secrets dissimulés à l'intérieur
Personne ne veut plus se prononcer sur une date eventuelle du départ, mais certainement, le delai continue discrètement à s'amenuiser  de jour en jour.



Elle est née de la trouvaille d'un vieux store de roseau, quelques branches d'osier et quelques objets personnels qui l'habitent..un peu de travail, un peu d'inspiration...
C'est le fruit d'un projet personnel. Il y a plus d'un an, je suis allé m"offrir" des funérailles afin de décharger
 Catherine de cette tâche délicate , autant qu'ennuyeuse et pénible. Lors de la visite du salon B, Mémoria, j'ai été séduit par les lieux, l'atmosphère particulière, le bar attenant, 
la passerelle surplombant le salon, la  riche bibliothèque sur les rites mortuaires, les religions...  



Arrivé au choix des urnes, je n'ai rien vu qui puisse me séduire,
 potiche banale, en terre ou en verre, en matériau biodégradable de bon goût
mais dont le prix laissait rêveur.
 Rêver, inventer ma propre potiche, sans à priori, 
c'est exactement ce que j'allais faire.
L'affaire fut conclue, l'urne en moins, rien n'empêchait de se la procurer ou de la fabriquer soi-même
 d' ailleurs.

 Le récit que j'élaborais du Samurai sans Guerre me fit découvrir
 ce type d'embarcation japonaise à usage multiple, de la 
cérémonie du thé, petits repas d'affaires, rencontre courtisane 
avec de magnifiques geishas dans la baie de Tokyo.
Il s'agit d'une embarcation courante, commune même, mais les ornements et les atours qui la caractérisaient, désignaient
le rang de ses occupants, allant des plus modestes "embarcations familiales" de loisir,
 jusqu'aux vaisseaux princiers dénotant 
la richesse et la culture des habitants. La nuit venue, la baie de Tokyo était parsemée de lucioles, lampes de papier calligraphié,
lampions "bulle" rouges, alignés tout le tour.




Les plus modestes de ces vaisseaux servaient aussi à la traditionnelle pêche aux cormorans,
 jeux et joutes nautiques, 
pique-nique sur l'eau, ramassage du bois de grève séché sur les berges, 
une aubaine pour l'hiver.
 Mais presque tout le 
monde possédait son yakatabune, Edo étant bâtie sur un réseau de canaux, rivières jusqu'à la grande baie.


Ces embarcations ont en général de délicates portes à croisillons, un brasero pour les sorties fraîches et tardives.
Moi, j'ai éliminé ces détails, car le seul chargement qui se fera, viendra par le dessus, fine poudre grise mêlée de fragments osseux,


 cendres humaines destinées à un ultime voyage. Le couvercle renferme un ouvrage qui me tient à
 coeur, que j'ai soigneusement et intégralement recopié "Questions à un maître zen" de Taisen Deshimaru,  qui soulève
les doutes et les grandes questions qui nous troublent quant aux croyances , à l'univers, au cosmos, au début et à la fin,
 au satori, au nirvana. 




Bien entendu, ce voyage est un symbole, un chemin pour s'arracher au vieux monde, une porte pour pénétrer l'univers que l'on vient à peine de laisser.
 C'est  notre voie.


Salut mon denis je suis triste te t'entendre dire que 
ton long voyage dans ta belle jonque approches
Serge est a Strasbourg nous sommes entrain de vider l'appart de sa maman. A par cela ca va mes enfants vont bien les parents aussi  moi ca va aussi dans deux ans je suis a la retraite je pourrais donc m'eclater a fond dans la coutellerie.  J' espere qu'un jour ont se retrouveras dans une autre vie. je t'embrasse  j-luc
..

Merci Jean Luc, pour ce mot touchant et inoubliable
Voilà quatre ans et demi qu'on m'annonce la fin et je suis toujours là. Bien sûr certaine choses on changé: infirmier quotidien, toubib à la a semaine, douleur chronique, détresse respiratoire,  ça devient plus dur, mais j'ai un équipe en or, qui fera tout pour de que ça se passe pour le mieux,à domicile. Une équipe merveilleuses, et c'est moi qui décide.
Alors j'ose encore y croire!
Je sais que tu va la réaliser ta coutellerie de tes rêve . Un peu de patience,
J'en suis certain, et plus vite qu'on le pense.
------------------------------------------------------------------------------------------