Une erreur est survenue dans ce gadget

20 juin 2012

J'ai gardé son adresse en mémoire...

J'ai pendant plus d'un an échangé une correspondance avec Denis. Je l'avais contacté quand j'avais appris le diagnostic du cancer du poumon de Pierre, mon mari, mort depuis. J'appréciais beaucoup les talents artistiques de votre homme, ses peintures, ses films, ses histoires, son écriture. J'appréciais aussi sa force, son courage, son intelligence. J'étais émue par la façon dont il traversait les épreuves avec cette énergie du désespoir. C'était un grand homme qui m'avait un peu conté son histoire.

Denis m'avait parlé de vous, de sa famille qu'il aimait. Je lui avais parlé du passage de la mort, en douceur, et de ma peine. J'essayais de le rassurer, si possible, car je le sentais courageux mais angoissé, vivant son cancer comme une suite logique à sa vie, un moment pour faire le point. Ses peintures sont criantes. Il faudrait qu'elles soient exposées et vues. Il faudrait qu'elles aident les médecins à comprendre la maladie. Il faudrait que ses peintures fassent le tour du monde pour être vues par les familles des malades et par les malades eux-mêmes. Il faudrait que ses peintures soient vues par tous.

Denis continue de vivre à travers son oeuvre. Son témoignage est énorme, sensible et magnifique. Je vous remercie de garder son blog en vie. B.